Polissage Traditionnel Japonais

Hakone

Les couteaux sont polis manuellement sur des pierres à eau, selon la technique du polissage traditionnel Japonais.

Cette technique millénaire est issue de la tradition du sabre, dont le grain, les lignes, les couleurs de l’acier apparaissent après un polissage qui révèle la structure même de l’acier.

A l’origine, les sabres Japonais nécessitaient une restauration fréquente qui se limitait après les combats à un rattrapage des éclats d’acier dus aux coups sur le tranchant ou le dos de la lame.

Avec l’amélioration des techniques de forge et l’évolution des formes de sabres, l’appréciation des Japonais pour l’arme ira de pair avec une recherche du beau. Une foule d’appellation très précise décrira chaque détail de la lame, sa courbe, ses méplats, sa ligne de trempe, les cristaux de martensite sur le Hamon, (Nie et Nioï), véritable voie lactée sur la partie dure du tranchant réalisée lors d’une trempe sélective.

Les pierres sont généralement naturelles, bien que de nos jours des pierres synthétiques puissant avantageusement les remplacer.

Binsui

Elles se distinguent en deux sortes:

  • Les pierres de dégrossissement, de la plus abrasive à la plus douce:

    • ARATO: gros grain pour un travail sur des lames très abimées, ou brutes de forge
    • KONGOTO: gros grain pour un travail sur des lames très abimées, ou brutes de forge
    • BINSUI: grain légèrement plus fin, pour le travail de mise en forme des lignes d’angles et des courbes.
    • KAISAI: grain fin, utilisée à 45 ° de l’axe de la lame
    • CHU-NAGURA: pierre fine utilisée à 80° de l’axe de la lame
    • KOMA – NAGURA: plus fine encore, utilisée dans l’axe de la lame. L’acier devient miroir.
    • UCHIGUMORI HA – TO: pierre toujours naturelle, utilisée dans l’axe de la lame, en tirant vers soi, sur la partie proche du tranchant
    • UCHIGUMORI JI – TO: pierre toujours naturelle, utilisée dans l’axe de la lame, en tirant vers soi, sur la partie proche du dos.

KAISAI KAISAI
CHU-NAGURA CHU-NAGURA
KOMA-NAGURA KOMA-NAGURA
UCHIGUMORI UCHIGUMORI JI-TO

L’utilisation de pierres comme l’Uchigumori révèlent le grain même de l’acier. On passe alors « de l’autre coté du miroir », et la lame prend alors cet aspect doux et soyeux, légèrement opaque, si caractéristique des sabres.


  • Les pierres de finition:

    • JIZUYA (NARUTAKIDO): réduite en fines portions de quelques millimètres, elle est frottée sur le Ji pour révéler le grain de l’acier (Jihada).
    • HAZUYA (UCHIGUMORI): réduite à la taille d’un ongle et l’épaisseur d’un timbre poste, elle sert à polir le Ha.
Jizuya JIZUYA
Jizuya1 JIZUYA
Hadori HAZUYA

Après plusieurs années d’apprentissage à Tokyo, j’ai naturellement appliqué cette technique à mes lames de couteaux, afin de garantir des émoutures soignées et un travail le plus abouti possible.

Polissage Binsui
Hazuya

Le polissage des lames en acier carbone permet d’obtenir des finitions très précises, fonction des couches d’acier révélées, de l’existence d’une trempe sélective, de la volonté d’opacifier ou non telle ou telle partie de lame.

Sur de l’acier inox, ou issu de la métallurgie des poudres, comme le RWL 34 ou l’ATS 34 que j’utilise très souvent, il n’est guère possible de révéler plus qu’un miroir, et parfois apporter des nuances de couleur aux méplats de la lame. Mais ceci permet une meilleure finition et un rendu incomparable.

Forge Shrine